«

»

Déc 15

Mon intervention en plénière sur les garde-côtes et garde-frontières

“Madame la Présidente,

Je me félicite de l’adoption par le Parlement de ma proposition de projet pilote sur la coordination des gardes côtes européens que je demande à la Commission depuis 2010.

Par la publication de son projet, la Commission reconnait l’intérêt crucial de cette proposition.

Il est indispensable de coordonner les 316 autorités qui pratiquent des fonctions de garde-côtes sur le territoire de l’Union européenne.

Le décloisonnement de la sécurité maritime et la gestion de l’immigration est une condition sine qua non pour permettre des interventions conjointes efficaces des agences de contrôle des pêches, de la sécurité maritime et de Frontex.

Cette proposition est importante pour maintenir Schengen, qui est l’un des piliers de l’Union européenne.

AC

L’Europe doit prendre en charge le contrôle de ses frontières extérieures si un État membre n’en est pas capable ou n’assume pas cette responsabilité.

Il va de soi que ce système ne pourra pas être mis en place sans que les États membres abandonnent une partie de leur souveraineté.

En effet, les États membres ne peuvent pas se plaindre de la supposée inaction de l’Europe en matière d’immigration s’ils ne lui donnent pas de mandat et ne coopèrent pas entre eux.

Les moyens d’action sont nationaux, mais la coordination ne peut être qu’européenne ! “